Le Plan Loire, son histoire

La Loire est le premier grand fleuve de France (1012 km). Le 4 janvier 1994, après une dizaine d'années de conflits autour des projets de barrages sur le bassin de la Loire, destinés à la lutte contre les inondations et au soutien d'étiage, le ministre de l'environnement, Michel Barnier, annonce la mise en place du Plan Loire Grandeur Nature, initialement prévu pour dix ans.

Le Plan Loire I (1994 - 2000)

En 1994, le Plan Loire Grandeur Nature I est mis en oeuvre par le comité interministériel de l'aménagement et du développement du territoire (CIADT). Il vise à maintenir le caractère sauvage du fleuve tout en assurant la sécurité des populations face aux risques d’inondation, à satisfaire les besoins quantitatifs et qualitatifs en eau et à restaurer la diversité écologique du milieu. Ce premier plan a été financé par les crédits de l’État et des collectivités. Parmi les décisions liées à la mise en place du Plan Loire Grandeur Nature, figurent notamment :

  • l'abandon des grands projets de barrage sur la Loire (à l'exception du barrage de Chambonchard, qui est uniquement fortement réduit en volume dans un premier temps) ;
  • l’amplification du programme de renforcement des levées de la Loire ;
  • la limitation des extractions des granulats dans le lit majeur de la Loire par le biais du SDAGE ;
  • la priorité accordée, en Loire aval, à la remontée de la ligne d’eau ;
  • le démantèlement de deux barrages hydroélectriques, Saint Etienne du Vigan sur le Haut Allier et Maisons Rouges sur la Vienne en Indre-et-Loire ;
  • la mise en place d’actions de reconquête de l’estuaire ;
  • l’engagement d’un programme de restauration des milieux naturels ;
  • le lancement du processus de demande d’inscription du Val de Loire au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le Plan Loire II (2000 - 2006)

En 1999, à mi-parcours, le CIADT redéfinit les orientations du plan initial, notamment pour acter l'abandon du projet de barrage de Chambonchard. La mise en valeur du patrimoine naturel, paysager et culturel des vallées ligériennes s'ajoute aux objectifs du Plan Loire Grandeur Nature. Le CIADT décide de mobiliser les contrats de plan État-Région des 7 principales régions du bassin pour appuyer la mise en oeuvre de cette déclinaison.

Le Plan Loire III (2007 - 2013)

En 2005, une large concertation des acteurs du bassin de la Loire est organisée sur la base d'un document d'orientation stratrégique. La consultation a conforté la nécessité d'approfondir et de poursuivre la concertation engagée entre le Préfet coordonnateur du bassin et les acteurs. Une conférence des acteurs se tient à l'échelle du bassin pour prendre en compte les expressions de besoins. Des précisions et des compléments sont apportés aux modalités de gouvernance et aux principes d'organisation du plan Loire III. Il s'articule autour de 4 enjeux prioritaires :

  • vivre durablement dans les vallées inondables de la Loire et de ses principaux affluents ;
  • préserver et restaurer le bien commun que sont la ressource en eau, les espaces naturels et les espèces patrimoniales ;
  • mettre en valeur le patrimoine naturel, culturel, touristique et paysager de la Loire et de ses principaux affluents pour un développement durable ;
  • développer et partager une connaissance globale, fondamentale et opérationnelle du fleuve.

La mise en oeuvre de ce plan repose sur un contrat de projet inter-régional (CPIER) signé entre l’État, l'agence de l'eau Loire-Bretagne, l’Établissement public Loire et les Conseils régionaux du bassin de la Loire (Auvergne, Basse-Normandie, Bourgogne, Centre-Val de Loire, Languedoc-Roussillon, Limousin, Pays de la Loire, Poitou-Charentes, Rhône-Alpes), ainsi que sur un programme opérationnel FEDER doté de 33,8 M€.

En 2013, forts du succès de la mise en oeuvre des trois premiers Plan Loire Grandeur Nature, les acteurs du bassin de la Loire décident de doter le Plan d'une nouvelle ambition en adoptant la stratégie Loire 2035.

Vers la stratégie 2035

Les plans Loire I à III auront permis de conduire dans le bassin de la Loire une politique cohérente en matière de prévention du risque d'inondation, de préservation des milieux aquatiques, de mise en valeur du patrimoine. Des connaissances nouvelles ont été acquises, la conscience collective du risque d'inondation s'est améliorée. D'importants travaux de renforcement des digues ont été conduits/ Les actions de restauration des milieux humides et des poissons migrateurs se sont poursuivis. La Loire à vélo a permis une nouvelle forme de mise en valeur des régions traversées.

La stratégie 2035 pour le bassin de la Loire vise à répondre à certains grands enjeux des vingt prochaines années pour les habitants et les milieux naturels du bassin :

  • un risque d'inondation toujours présent sur les territoires ;
  • un fonctionnement dégradé des milieux aquatiques ;
  • une connaissance incomplète sur le bassin ;
  • un patrimoine naturel et culturel encore peu valorisé.

Cette stratégie donne une nouvelle ambition pour les trois prochains plans Loire.

Le Plan Loire IV (2014-2020) est le premier des trois plans de la nouvelle génération.

Partager cette page sur :